E-Prescription : Experimentation du pharmacien

Rodolphe Cohen 19/01/2012 0

Réunis au sein du Comité de liaison des ordres des professions de santé (CLIO), les Ordres viennent de proposer, sous la forme d’une note d’orientation, une esquisse du schéma à retenir pour la prescription électronique. En outre, afin de passer plus rapidement des discours aux actes, ils suggèrent d’initier le processus à travers une phase pilote conduite par une centaine de pharmacies choisies en fonction de leur dynamisme en matière de e-santé. Une proposition qui ne devrait pas manquer de retenir l’attention des officinaux puisqu’ils s’étaient déjà déclarés prêts dès janvier 2011, par la voix d’Isabelle Adenot, la présidente de l’Ordre.

Prévue pour véhiculer les médicaments (mais aussi les examens de biologie, actes de soins, de rééducation ou de radiologie), la prescription électronique pourrait répondre dans son mode de fonctionnement au schéma suivant :

Prescription
Suite à la consultation médicale, le prescripteur identifié par sa CPS, rédige à l’aide d’un logiciel dédié une prescription dématérialisée à l’attention d’un patient identifié par sa carte Vitale. Cette prescription, qui se substitue à l’actuelle ordonnance papier, est transmise et stockée au niveau d’une base de données centrale et nationale, qui fait office de réservoir aux accès strictement protégés. C’est la phase de « dépose ». Le patient repart avec « un plan thérapeutique » l’informant du contenu de la prescription mais ne permettant pas la dispensation des médicaments.

Dispensation
Pour se faire dispenser le traitement, le patient se rend chez le pharmacien de son choix, quelle que soit sa situation sur le territoire national, muni de sa seule carte vitale. Grâce à ce sésame et à sa CPS, le pharmacien est apte à interroger la base de données, à en extraire la prescription dématérialisée et à l’exécuter totalement ou partiellement. Il peut également communiquer par messagerie sécurisée toute anomalie au prescripteur.

 Source : Impact Santé

Enfin une avancée technologique majeure dans le traitement de l’ordonnance.
Fini ainsi les décryptages hasardeux des écritures des médecins souvent pressés pour faire leur prescription.
Cela dit, il faudra un encadrement sécuritaire tres strict pour que les données ne circulent pas ailleurs!
Le pharmacien est au coeur de cette innovation puisqu’il délivre les médicaments, il est donc naturel de le retrouver en acteur majeur de cette expérimentation.
La e-prescription : un premier pas vers la delivrance en dehors de la pharmacie ?

Laisser Une Réponse »