La peau « electronique »

Rodolphe Cohen 30/03/2012 0

Les nouvelles technologies nous permettent aujourd’hui, d’interagir avec nos mains par les écrans tactiles, chose qui paraissait auparavant peu efficace, et pas très confortable.

C’est notre propre peau qui sera le futur de l’interaction technologique.

A en croire John Rogers, Ph.D. (Université de Lillinois), le patch, connu le plus souvent pour diffuser des médicaments, serait l’avenir de la mesure de constantes biologiques, à travers le même type de dispositif qui s’apparenterait à une « peau électronique ».

En effet, le nombre d’examens que chaque patient doit effectuer pour connaitre ses activités cardiaques ou cérébrales pourrait être remplacé par un dispositif dermique à appliquer sur la peau qui transmettrait sans fil les caractéristiques biologiques nécessaires.

« Un élément clé de nos appareils électroniques épidermiques est son interface naturelle pour le corps, sans fils, épingles, des adhésifs ou gels, pour permettre à un système beaucoup plus confortable et fonctionnel», a déclaré Rogers. « La technologie peut être utilisée pour surveiller l’activité cérébrale, cardiaque ou musculaire d’une manière totalement non invasive, alors que le patient est à la maison. »

Là où la technologie des circuits intégrés propose des produits rigides et cassants ; l’innovation ici est de pouvoir utiliser des circuits électroniques avec une technologie d’emballage unique, souple et extensible avec la peau.

Nombreuses applications peuvent être déclinées à partir de ce produit, comme dans le cas de l’insertion d’un de ces patchs dans un cathéter qui lorsqu’il entrera en contact avec le tissu humain pourra transmettre sans fil des caractéristiques biologiques et guider le praticien dans son intervention.

Source : Science Daily

 

Laisser Une Réponse »